Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 11:50

A la réflexion, il ne croit en rien.

Ni en Dieu, ni en l’homme.

A coté, loin des dogmes,

Rétif, retors et mauvais citoyen,

Capable du mieux mais aussi du pire,

Hâtant la fin, prolongeant les plaisirs,

Il n’aime que l’amour.

Sans illusion, ignorant le dépit,

Tutoyant l’utopie,

En esthète, il habille la vie d’humour.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 18:56

Merci.
Merci, Bibi.
Bibi, merci !

C’est comme une porte que j‘avais oubliée.
Comme une fenêtre trop longtemps fermée
Au printemps des possibles et des rêves éveillés.
Merci de me les avoir rappeler.

Ouvrir la porte, mais où est donc la clé ?
Sous ce livre là ou bien sous ces papiers ?
Dans cette chaussette, dans ce mouchoir plié ?
Fi de la porte ! La fenêtre enjamber !

Oui ! A pleins neurones enfin respirer !
De ci, de là, des mots d’espoir glaner,
Des regards amis emmagasiner.
Croire à nouveau en cette humanité.
Etre curieux du monde et de ses beautés.
D’un coucher de soleil se délecter,
Avec l’autre, de joie, de tristesse pleurer,
Rire de la pluie, gentiment s’en moquer,
Au son de toutes les musiques danser,
Dans une vague de la méditerranée,
La tête la première décider de plonger.

Voire, écouter, sentir ton corps et t’aimer…
Entendre, t’entendre et une oreille prêter
A ce qui de toi pourrait m’éloigner
Et faire de moi l’éternel naufragé.

Puis oublier et se laisser porter
Par l’onde du temps et sereinement flotter.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 17:28

 

N’est pas crédible qui ne croît pas.

Il faut croître et il faut y croire.

 

Un unique credo, la croissance.

Point de salut sans la croissance.

Tu croîs ou t’es le mouton noir.

C’est simple, tu croîs ou bien tu meurs !

 

T’arrête pas ! Avance ! N’aie pas peur !

Vas tout droit ! Te retourne pas !

On pense pour toi. Ne t’en fais pas.

Croissons ! Après nous le déluge !

 

Croîs, citoyen, et laisse nous juges

De ce qu’il faut croire ou… ou pas.

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 16:35

Sur la vitre embuée du temps qui nous sépare,

Je passe une main nostalgique pour te revoir.

 

Tu m’apparais lointaine et quasi immobile.

Je « zoome avant » et dans un effort de mémoire,

Je mets en mouvement ton corps bien trop docile.

Comme s’il s’en moquait et voulait n’en rien savoir.

 

Alors, je « zoome arrière »… Gros plan sur une larme

Qui ruisselle, erratique, sur le carreau glacé.

Je laisse tomber le voile et s’évanouir le charme

D’un souvenir prégnant et d’un bonheur passé.

 

Cependant, je le sais, l’oubli est illusoire,

Tant que vit en moi cet ineffable regard,

Cet horizon bleu, lumineux !  Tout comme l’espoir

Dément d‘ouvrir la fenêtre et de te revoir.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 18:57

DésirLe désir, c'est rien qu'un truc qui nous embête...

C'est tourneboulant, ça nous prend la tête.

C'est un truc qu'on ne voit pas venir.

Un truc qui s'invite sans prévenir.

Comme ça, hé, mec ! C'est moi !

J'avais rien à faire, alors me voilà !

Le genre de truc qu'on ne congédie pas,

Sur un claquement de doigt.

Un truc qu'on est obligé de satisfaire. Y a pas...

Le désir, comme un ami, a tous les droits.

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 21:20

A côté. Juste à côté. Pas loin. Juste là. A côté...

A côté des gens.

A côté de mes pompes, souvent.

A côté de la plaque, somme toute...

A côté des choses. Du bon côté des choses. J'essaie.

A côté de l'histoire, de l'évènement. Sur le bord de la route.

Accoté à la vie, l'amour, j'observe, amusé, la bêtise et ses

A-côtés passer leur chemin. Un pas de côté...A côté...

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 20:11

La femme de l'EstDes brumes bleues de l’Est, telle une fée qu’on attend plus,
Elle m’est apparue dans un sourire radieux.
Le visage amène, les bras et les mains tendus,
Elle me dit la vie et l’amour…avec les yeux.

C’était à Paris. Au café-resto Jaurès.
Sa présence inondait la salle. Je ne vis qu‘elle.
J’ai le souvenir de petits riens qu’on s’adresse
Par peur d’être emporté dans un monde irréel.

Ces craintes furent vite effacées et rendues virtuelles
Par le désir qui montait au rythme de nos pas.
Sur cette avenue qui nous menait à l’hôtel,
Nous nous aimions déjà et advienne que pourra…

C’est advenu, en effet… Et si bienvenu !
Moi, l’homme de l’Ouest et bien trop souvent à l’Ouest,
J’hume enfin, dans la rose des vents, celle de l’Est,
Un parfum qui m’était jusqu‘alors inconnu.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 19:43

acercleA la réflexion, il ne croit en rien.
Ni en Dieu, ni en l’homme.
A coté, loin des dogmes,
Rétif, retors et mauvais citoyen,
Capable du mieux mais aussi du pire,
Hâtant la fin, prolongeant les plaisirs,
Il n’aime que l’amour.
Sans illusion, ignorant le dépit,
Tutoyant l’utopie,
En esthète, il habille la vie d’humour.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 18:54

 

 

 

 

Chez Nadine et Benoît,

    
    
    J’arrive. On s’embrasse. On est contents de se voir.

    On va refaire le monde, préparer le grand soir.
On va parler de tout, de rien, et on va boire
A la santé des cons, à leur vie dérisoire.

    On va communier sur l’autel de l’illusoire.
Se moquer des dieux, célébrer le provisoire.

    Rire des institutions et des gens de pouvoir.
De leurs travers, de leurs mensonges, de leurs déboires.
On va déjouer leurs pièges, les ententes collusoires.

    On va donner de l’importance à l’accessoire.

    On va surtout s’en foutre et, encore pour un soir,
Jouir pleinement de la vie et à la mort surseoir.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 18:08

08/09/2011

 

Poème 1.


Seul… Loin. Ailleurs. A côté. En marge. A la limite. En dehors.
A distance. Sur le fil.
M’en fous… M’est égal.
Rien… Tout ! Et puis rien…
Un regard. D’une femme. Et puis rien…

Les gens parlent. Les gens disent.
Les gens disent n’importe quoi. Des trucs sans importance. Des trucs qui font rire. Des histoires !
Ça me fait rire ! Intérieurement… C’est secret. C’est un rire à moi. Pas le montrer…

Un couple. On ne sait pas…
Lui veut. Elle.. On ne sait pas. Elle veut un peu. Elle attend.
Puis, elle n’attend plus…

Le petit grain de sable. La faute…
Quelque chose qui casse ! Qui casse ce publiquement correct !
Qui casse l’ennui… Je l’attends !
Ça y est ! L’enfant ! L’enfant bouge ! Il a bougé !  
Et il dit qu’il s’ennuie…

Seul au restaurant…

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de effluve
  • : La lecture, l'écriture, la littérature, quelques poèmes, deux ou trois idées enfin, comme autant de baumes pour nos âmes meurtries.
  • Contact

Recherche

Liens