Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 14:29

Hello Véro !

 

Je ne vais pas faire très long, ce soir, car je vais faire mon jogging quotidien dans dix minutes juste avant la messe...

Je déconne !

Je t'écrirai pour de vrai très prochainement.

 

Je suis un peu chagriné d'apprendre tes ennuis de santé.

Je crois entendre (ou lire...) que ce n'est pas si grave. Et je m'en réjouis.

Cependant, j'imagine que tu te serais bien pass [coupur e] [reprise] ée de cette nouvelle épreuve.

 

Indirectement, je viens d'en vivre une, également. Une épreuve...

Hier, alors que j'étais en train de t'écrire en te signifiant que je n'allais pas trop m'épancher, ce soir, et que j'abordais tes problèmes de santé, Brigitte m'a appelé.

Et, d'une petite voix un peu lasse, elle m'a annoncé qu'elle venait d'avoir un accident de voiture.

Fort heureusement, elle s'en sort avec juste avec quelques contusions et le soir-même elle était chez elle.

Mais, Véro, quelle frayeur ! Quelle peur rétroactive... Car elle a quand-même dévalé un ravin dans le col de la Schlucht et que sa voiture (professionnelle, ouf !) n'est plus qu'un tas de tôles froissées.

Que serais-je sans elle ?

C'est alors qu'on embrasse complètement, et en conscience, la signification de formules un peu éculées, un peu désuètes, qu'on entend constamment, telles que : "Tout de même, on est peu de choses..."

C'est vrai, Véro, nous sommes bien peu de choses. Nous passons notre temps de vie sur un fil. A droite, le vide et la mort. A gauche, même punition... Le but du jeu étant d'avancer et d'être contraints d'avancer sans se casser la gueule. Pas vrai ? J'oubliais... devant, c'est aussi le vide et la mort. En réalité, nous ne sommes, toutes et tous, que des équilibristes, plus ou moins doués ou plus ou moins chanceux, voués à un même destin plus ou moins différé, c'est selon.

 

Bien ! J'ai bien plombé l'ambiance, là... Hein ? Non ?

Revenons à des évocations plus souriantes...

Oui, Véro, tu es une "casse-bonbons" ! Comme tu le suggères très justement. Etant une femme, il ne peut pas en aller autrement...

Je rigole ! Enfin, pas tant que ça... Je crois que c'est un peu génétique. C'est vérifié, les femmes ont une certaine propension à "briser menu" les parties génitales des hommes en général. Les exemples sont nombreux...

Ceci dit, les hommes ont un talent inné pour agacer, voire de "vénère grave", les femmes en faisant preuve d'un égoïsme complètement assumé avec l'innocence puérile d'un pré-adolescent, propre à mettre en danger leurs "bijoux de famille". Même à plus de soixante ans !

C'est ainsi... Les hommes et les femmes sont plein de défauts. Pas les mêmes... Enfin, des fois... Néanmoins, c'est comme le + et le -. ils s'attirent inéluctablement. Au risque de créer un attachement, un lien, qu'ils ne supportent plus, trop souvent, et dont ils veulent absolument se défaire. L'un ou l'autre... Et, dans le meilleur des cas, les deux.

Je souris... J'aligne des poncifs, je défonce tranquillement des portes ouvertes... En même temps, c'est pas faux, non ?

 

Plein de bonnes choses, ma Véro !

Reste sur le fil ! Tiens bon !

 

Je t'embrasse fort !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de effluve
  • : La lecture, l'écriture, la littérature, quelques poèmes, deux ou trois idées enfin, comme autant de baumes pour nos âmes meurtries.
  • Contact

Recherche

Liens