Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:31

P1010293"La raison pour lequel je suis là..." Ou bien encore "La région duquel je suis issu..."

Hum... Rien ne vous choque, là ?

Je n'invente rien ! J'ai entendu ces deux phrases !

Ce ne sont que deux des multiples exemples du mauvais usage du pronom relatif composé entendus, ça et là, à la radio, dans la rue, chez mes amis et... même chez moi !

Qu'ils soiens journalistes, animateurs, écrivains (!), chroniqueurs, hommes politiques (surtout, eux !), femmes et hommes, parfois illustres et lettré(e)s (!), à bien y regarder et surtout à bien les entendre, neuf sur dix font cette faute de grammaire.

Le mépris, la suffisance avec lesquels le pronom relatif est traité sont proprement scandaleux !

Le pronom, relatif, composé ou pas, est notre ami.

Il nous facilite la vie ! Il peut, au débotté, remplacer un nom, un groupe nominal, un adjectif, voire une proposition entière !

Excusez du peu !

Mais non... Le "pronom relatif" est aujourd'hui quantité négligeable, corvéable et malléable à merci. Sans genre, sans existence. Un substitut, un intérimaire dont on ne retient pas le nom, un CDD courte durée qu'on oublie avant de l'avoir connu mais sur qui repose, cependant, la cohérence d'une entreprise ou d'un propos.

 

Je sais, je sais... C'est pas si grave. Bien sûr.

Au diable la forme, pourvu qu'on ait le fond !

Voilà ce qu'on peut se dire, après tout...

Moi, non... Je ne dis pas que le fond n'est pas plus important que la forme. Non, je ne dis pas ça... Mais le fond est tellement plus attractif, accessible quand la forme est soignée !

Et puis, un cadeau, quitte à me contredire aussitôt sans aucune espèce de vergogne, n'est-il pas plus séduisant dans un bel emballage qu'elle que soit sa valeur ?

Le fond, la forme... Je ne sais pas.

Peut-être que la forme en dit bien souvent plus que le fond, après tout...

Je crois que j'y suis attaché, à la forme. Dans tous les domaines.

La forme laisse supposer le fond. Souvent.

Quand la forme est belle, le fond nous fait envie. Quitte à être déçu... Rarement.

En revanche, quand la forme n'est pas au rendez-vous, le fond, même s'il en vaut la peine, peut nous échapper.

Dommage, non ?

 

   

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de effluve
  • : La lecture, l'écriture, la littérature, quelques poèmes, deux ou trois idées enfin, comme autant de baumes pour nos âmes meurtries.
  • Contact

Recherche

Liens