Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 17:58

Je t'aime. J'ai lu tous tes livres. Je guette, depuis des années, ton nouveau roman. Je ne veux pas que ça s'arrête. Je veux que tu vives deux cents ans et que tu ne cesses jamais d'écrire.

Alors, tu penses ! C'est avec une joie toute intérieure et quasi-extatique que j'ai appris, mardi dernier je crois, que mon auteur contemporain (et vivant !) préféré était invité dans l'émission de Pascal Clark, sur France Inter, pour faire la promotion de sa dernière production : "Rouler".

Christian Oster... C'est toi.

A neuf heures, ce matin là, je travaillais. J'ai "poadcasté" l'émission.

Comment dire...

D'abord, j'en veux beaucoup à Pascal Clark. Il y avait une question évidente qu'elle ne t'a pas posée.

Ben oui... Enfin, ché pas, elle est journaliste, non ? Pourquoi as-tu changé d'éditeur ? Hein ? Je te le demande. ! Les "Editions de Minuit" ont publié tous tes romans jusqu'à ce jour. Les "Editions de l'Olivier" prennent le relais. Bon, d'accord... C'est pas hyper-important. Mais moi, ça m'intéresse les coulisses du monde de l'édition. Les coulisses, en général, m'intéressent.

On approche la vérité des choses et des gens dans l'ombre qu'ils produisent.

Mais, après tout, ça ne regarde que toi... D'accord.

Mais parlons-en ! De ce qui nous regarde ! 

Pour mon auteur préféré, adulé, idolâtré, était-il si nécessaire de venir "vendre" son dernier roman sur une radio nationale, à une heure de grande écoute ?

Sans doute, oui... C'était dans le contrat, non ? Les "huiles" de "L'olivier" ne donnent rien sans rien...

Les coulisses, toujours...

Je n'ai pas aimé ta prestation sur France Inter, Christian. A toi, je n'en veux pas. Tu écris, d'autres parlent.

Tu ne sais pas dire ce que tu écris... Et alors ? Rien de plus normal !

Supposons... Je suis Ministre de la Culture dans un autre pays ou un dans autre futur. Et bien, j'interdirai aux artistes de parler de leur art ! 

L'art est tellement plus beau quand il est habillé de silence.

J'ai acheté ton livre. Je vais laisser passer un peu de temps avant de le lire. Le temps... de t'oublier. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de effluve
  • : La lecture, l'écriture, la littérature, quelques poèmes, deux ou trois idées enfin, comme autant de baumes pour nos âmes meurtries.
  • Contact

Recherche

Liens