Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 18:19

Dodo,

Bon anniversaire !

 

Ce jour est l’occasion pour moi de te raconter une petite histoire qui me tient à cœur…

Ton père, mon frère, la connaît. Mais pas comme ça…

C’était à la toute fin des années 1950. Bien avant donc la guerre de 1968...

 

J’étais à la maternelle. J’étais alors un tout petit garçon. J’étais sage, beau, mignon, affectueux. Tout comme aujourd’hui…

La maternelle, c’était le monde qui s’ouvrait. Je quittais enfin les jupes de ma mère pour m’émerveiller des mille et une choses à découvrir !

Quand j’étais un peu moins sage qu’à l’accoutumée, ma mère me menaçait de ne pas m’emmener à l’école. C’était radical ! J’obtempérais illico.

 

Et dans cette petite école communale du 19ème arrondissement, rue Manin, pour la toute première fois de ma vie, j’ai rencontré une petite fille noire.

Je rappelle que je relate des faits qui datent de près d’un demi-siècle…

Les gens de couleur, comme on les a appelés plus tard, n’étaient pas légion en France.

Personne ne m’avait prévenu ! Il pouvait donc exister des êtres humains dont la peau était noire ! Des êtres différents !

Intrigué, je m’approchai de cette petite fille, lui tendis la main qu’elle accepta puis, comme dans un ralenti un peu pesant d’un cinéaste d’avant-garde sud coréen (la musique électro "prise de tête" en fond sonore, en moins), je la retirai et l’examinai avec toute l’anxiété dont est capable un petit garçon de trois ou quatre ans.

Elle n’avait pas déteint !

Cette petite fille était naturellement noire ! Elle était simplement différente et sa différence n’altérait en rien la mienne. Au contraire, elle l’enrichissait.

 

Malgré toutes ces années passées, je me souviens encore parfaitement de cet épisode, ô combien déterminant de ma vie.

Je crois en outre me souvenir également (mais la mémoire d’un vieil homme lui fait souvent défaut ) que cette petite fille africaine fut une de mes meilleures copines. Ce dont je suis sûr, en tout cas, c’est qu’elle ne fut jamais une ennemie. J’admis sa différence et reconnus ses qualités humaines. Elle en fit de même.

 

Depuis ce jour, toute ma vie, Dodo, je me suis efforcé de voir en l’autre l’essentiel !

Ses qualités humaines, précisément. Malgré les différences de peau, de classe sociale, de langue, d’âge et d’aptitude… D'aptitude à se mouvoir, à parler, à vivre pleinement…

Je n’y arrive pas toujours spontanément. Je suis parfois très con. J’ai des a priori comme tout le monde. Je peux être méprisant, négligent, méchant, indifférent. Mais quand je m’en rends compte, je me remémore la main de cette petite fille noire et je redeviens un homme.

 

Fort heureusement, je ne suis pas une exception !

Tes parents, eux non plus, n’ont pas été prévenus. Ils ne s’attendaient pas à donner naissance à un enfant différent.

Mais parce que ce sont de vraies bonnes personnes, capables de beaucoup d’amour et d’intelligence, ils ont reconnu et mis en avant tes remarquables et attachantes qualités humaines qui font aujourd’hui leur bonheur, celle de ton frère, de tous tes amis et, je crois pouvoir l‘affirmer, du tien aussi.

 

J’ai peut-être été un peu grave ce soir…

Mais c’était pour mieux te dire que je t’aime. Tout simplement.

Je te rassure, je vais vite trouver l’occasion de te raconter une petite connerie pour te faire rire.

Et, ça aussi, c’est un grand bonheur pour moi…

 

Bon et heureux anniversaire, mon Dodo !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de effluve
  • : La lecture, l'écriture, la littérature, quelques poèmes, deux ou trois idées enfin, comme autant de baumes pour nos âmes meurtries.
  • Contact

Recherche

Liens